ImPassionnément

by Rike Casper & Annick Moerman

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €9 EUR  or more

     

1.
04:50
2.
" Goutte .. pluie .. gouttes de pluie rosée .. gouttes de rosée goutte .. goutte à goutte, gouttes de rosée goutte que je te goûte parfum de larme larme de rosée des roses qui pleurent .. larme de rosée Pépites de fleurs, éclats de rosée, larmes enchantées larmes de pluie, pluie d’eau de rosée, alarme dans mon coeur Gouttes éphémères d’éternité, larmes séchées de la pluie Pluie de soleil mouillé, gouttes qui scintillent Sur tes lèvres, au coin des yeux goutte vient que je te goutte Pluie froide sur coeur mouillé Larme vibrante sur coeur glacé qui m’emprisonne la mémoire Délire de larmes sur coeur brisé gouttes brillantes sur terres brûlées qui se reflètent dans le miroir Reflet mouvant et malaimé Larmes riantes d’humanité Gouttes de terre … et se rejoignent sur ton visage Eclats de larme Ah, l’âme des gouttes de mon coeur Coule l’eau des souvenirs S’ égouttent les jours, s’égrainent les heures à la lueur de la pluie Le sel sur mon coeur gouttes à gouttes, s’égouttent les souvenirs. Délire de pluie endimanchée larmes effrayantes de vérité qui se lamentent tous les soirs Gouttes de fleurs, pétales noyés larmes effrayantes d’ambiguïté qui m’interpellent dans le noir Pensées fugaces et angoissées Qui me suivent sans me quitter Et se rejoignent sur ton visage Eclats de larmes Goutte .. rosée .. goutte de pluie .. larme de vie goutte à goutte .. goutte de rosée .. goutte .. je te goûte .. larme de rosée "
3.
" Le matin pleine de sommeil j’essaye de me rappeler ce à quoi j’ai rêvé Ce soir, ce soir, je dois faire ma prière car j’ai oublié d’aller danser A midi en plein soleil, je me suis reposée Couchée dans l’herbe froide, me suis mise à pleurer C’est vrai hier soir, je voulais t’embrasser C’est bête, mais voilà, je n’ai pas osé Je reviendrai ce soir, je te l’ai dit hier Je me demande, je me demande enfin pourquoi, Pourquoi toujours les jours repassent et recommencent Je me demande, je me demande enfin pourquoi (3x) Pourquoi les jours, les nuits, se répètent et se ressemblent Ce matin, je me réveille, j’allume la lumière, me vois dans le miroir oh, image qui m’effraie Et puis le matin, pleine de sommeil Je me rappelle, c’est vrai, hier je t’ai cherché Je me demande, je me demande enfin pourquoi Pourquoi les jours les nuits se répètent et se ressemblent Et pourquoi donc se prendre la tête pour toutes ces choses éphémères Et pourquoi donc me rendre folle, cette chose qui m’emprisonne A midi en plein soleil, je me suis reposée Couchée dans l’herbe froide, me suis mise à pleurer C’est vrai hier au soir, je voulais t’embrasser, C’est bête, mais voilà, je n’ai pas osé Je reviendrai ce soir, je te l’ai dit hier Je me demande, je me demande enfin pourquoi, Pourquoi toujours les jours repassent et recommencent Je me demande, je me demande enfin pourquoi Pourquoi toujours les jours repassent et recommencent Je me demande, je me demande enfin pourquoi Pourquoi les jours, les nuits, se répètent et se ressemblent Le matin, pleine de sommeil, j’essaie de me rappeler ce à quoi j’ai rêvé "
4.
‘‘ C’est étrange ce paysage derrière la fenêtre les arbres qui bougent, les maisons qui passent et moi qui suis en stand-by Soleil brûlant, la vie, la mort réveil troublant plein de remords la vie qui plane, les gens qui meurent ça me réveille et ça m’écoeure La vie revient, refait surface et le matin on se rendort, la vie, la mort, les gens d’en face la nuit, le jour, et puis l’amour C’est étrange ce paysage derrière la fenêtre les arbres qui bougent, les maisons qui passent et moi qui suis en stand-by Ah mais qu’est-ce que tu fais là je t’attendais hier, tu es arrivé demain et qu’est-ce qu’on dira et que diront les voisins quand tu es reparti si moi je reviens et que tu reviendras quand tu seras parti je repartirai et je me fous de c’qui se passera il adviendra quelque chose mais je ne sais pas quoi Derrière le masque une fêlure des envies folles de rupture le va-et-vient métro-boulot qui me harcèle sans repos et je colmate mes blessures et prends la fuite sans regrets la tête vide à toute allure la nuit, le jour, et puis l’amour Et j’ai repris le train dans le sens inverse je regarde par la fenêtre le paysage défiler je me demande si j’ai rêvé Ah mais qu’est-ce que tu fais là je t’attendais hier, tu es arrivé demain et qu’est-ce qu’on dira et que diront les voisins quand tu es repartis si moi je reviens et que tu reviendras quand tu seras parti je repartirai et je me fous de c’qu’il adviendra / de c’qui se passera il adviendra quelque chose mais je ne sais pas quoi Je reviens, tu es reparti quand tu partiras je reviendrai … ‘’
5.
" Et je nage … et m’éloigne des choses de ce monde ne reste plus que que la lune, l’ obsession du monde oeil de boeuf béant ouvert sur l’invisible La lune me parle soudain et m’invite à la rejoindre ‘’viens me rendre visite’’ le mouvement de ses paroles m’emporte et je m’élance dans la danse je m’envole hors du temps les étoiles tournent autour de moi le ciel se déroule en bandes de sirupeuses couleurs bobine de galaxies, collier de perles d’étoiles bijoux brillants de poussières éternelles Mais attention, mais attention … et je nage Je nage … je nage, dans l’air, mine de rien, air coloré de cuivre, et je nage guidée par la lueur de la lune Viens, viens petite, viens Mais attention, mais attention … et je nage Reflets de mon âme, j’évite les trous noirs de la mélancolie, les comètes folles, idées fixes qui filent transport d’émotions vaines, soupir du néant Mais attention, mais attention … et je nage Air coloré de cuivre et je nage guidée par la lueur de la lune Viens, viens petite, viens Je file, le flou du flux m’emporte … Mais attention, mais attention … et je nage Dans un monde sans présent. Et en un éclair d’éblouissement je passe vers d’autres mondes tout tourne, je m’enivre des saveurs du vide Je me débats dans le plasma de l’invisible matière, Je vibre soudain dans l’énergie de l’infiniment grand. Je crie d’amour pour la terre que je quitte, la terre que je laisse là loin derrière Doit-on aimer ce que l’on quitte et se nourrir de souvenirs, ou bien l’esprit léger, vide de pensées … .. s’évaporer Et je nage … "
6.
" Quand je me suis vue dans ce miroir Quand .. existe, existe .. tête .. quand je vis, je vis .. Quand devant la glace toute nue dedans le noir Miroir, miroir, dis-moi si je rêve, Dis-moi si ce que je vois, Miroir, n’existe que dans ma tête Mon âme Miroir, miroir, miroir, miroir Mon âme, mon âme Dans le miroir grossissant et je te vois dans ce miroir, dans le miroir de la vie Miroir, mon âme Quand … n’existe que dans ma tête "
7.
04:42
" Le vent souffle, souffle sur le temps Le présent efface le temps Roue immobile du mouvement, statique moment D’un monde in … incompréhensible Du vent du changement Le vent! Changement! Oui! Là! Présent! Oh, où es-tu? Où vas-tu? Si loin! Non, reviens! Là, maintenant! Je suis là! Et toi? Là, ici, maintenant! Ici et maintenant. Infini du temps inexistant Illusion de la compréhension Futur, passé, passé, futur Ca va? Très bien! Le temps file, file! Non, le temps n’existe pas comme nous sommes toujours dans le présent "

about

" When I can't explain what I'm feeling, I try to listen to my soul and then to translate what she says to me, with my singing. "

Poetische und abstrakte Beschreibung den Gedanken einer Frau.
Die Musik und der Text unterstreichen ihre Melancholie und Sehnsucht.

" La vie est faite de moments fugaces qui à peine saisis s'échappent.
La musique nous emporte à la découverte de sentiments flous et mouvants. "

credits

released November 1, 2016

See our interview:
www.youtube.com/watch

license

all rights reserved

tags

about

ElectraChic Germany

contact / help

Contact ElectraChic

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like ImPassionnément, you may also like: